Sunday Culture: 
Atelier Zébulon Perron

Depuis près de 20 ans, le designer Zébulon Perron sait rassembler les gens. Le Furco, Ibérica, la brasserie Henri, le Marcus Four Seasons et le tout nouveau restaurant de l’hôtel deviennent, dès leur ouverture, des incontournables de la vie sociale et festive de Montréal. Son secret? Savoir observer, écouter ses clients et aller au-delà des tendances.

           —Par Stéphane Le Duc

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Quels sont, pour votre atelier, les plus grands défis qui viennent avec chaque nouveau projet?Il y a les défis de conceptualisation, de conception et aussi les défis personnels. Ce qui est particulier au créneau des bars et des restaurants, c’est que ces projets sont de pures expériences. Cela implique que nous devons nous renouveler à chaque fois. Il faut surprendre les gens et donc, ne pas se répéter. Nous sommes condamnés à se réinventer.

Avez-vous trouvé très tôt une philosophie ou une éthique dans votre approche de l’aménagement?Le design comporte plusieurs facettes et à un certain moment, tu dois choisir ton approche. Ce qui m’a toujours intéressé, plus que la forme et l’approche esthétique, ce sont les gens. Comment les gens interagissent? Pourquoi ils socialisent en public? Tout notre moteur créatif est axé sur l’expérience-client. Ça influence la façon dont on va placer le mobilier, gérer la distance entre les gens, comment faire connecter les gens dans une salle. C’est ce que nous appelons l’ergonomie sociale.

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Vous venez de terminer un nouveau projet pour l’Hôtel Le Germain de Montréal. Quelle était l’idée pour cet espace?C’est un deuxième projet avec le Groupe Germain et c’est un privilège de travailler avec une famille devenue une référence dans l’industrie hôtelière canadienne. Il y avait déjà une thématique en amorce, qui était celle de l’Expo 67, une période charnière de notre histoire. C’est très riche en termes de design, car c’est une époque où il y avait un grand bouillonnement en architecture, en art visuel et en musique. Le bâtiment lui-même est un bel exemple de brutalisme. Nous avons voulu montrer le bâtiment à l’état brut en exposant le béton et en enlevant les couches successives. L’aspect historique et archéologique mérite, selon nous, d’être révélé et mis en valeur. On voulait créer également un sens du luxe et d’élégance en faisant un jeu de contraste avec les matières en utilisant le velours, le cuir et le marbre. Nous avons voulu créer une alchimie avec tous ces éléments.

La collaboration avec l’hôtel Four Seasons est un projet majeur. C’est une étape importante pour votre firme?Nous étions un choix inhabituel, car normalement le Four Seasons fait appel à des designers de réputation internationale. C’est grâce au propriétaire Andrew Lutfy, qui croyait en nous et qui connaissait notre habileté à réaliser des lieux vivants, que nous avons obtenu ce mandat. Au troisième étage, nous avons réalisé un lounge très pur, très aérien avec des teintes pâles, du velours et du cristal pour habiller la grande fenestration. Un luxe jamais ostentatoire, avec beaucoup de retenue et de minimalisme dans l’approche. C’est un espace qui est intéressant été comme hiver car c’est un lieu de rassemblement, un type de ‘social square.’

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Marcus Montréal, photo by Olivier blouinMarcus Montréal, photo par Olivier blouin

Vous avez donné congé à votre équipe lors de la grande marche pour le climat de Montréal en présence de Greta Thunberg. C’est une cause importante pour vous? Ce qui m’a éveillé à cette cause, c’est ma fille de 11 ans. Car même en sachant que les changements climatiques sont devenus un enjeu, je ne m’y attardais pas vraiment, étant trop pris dans le tourbillon du travail. C’est ma fille, un matin, qui m’a dit: « tu sais papa c’est possible que je voie la fin du monde ». Cela m’a donné un choc et j’ai commencé à me renseigner. Le constat est terrifiant. Notre industrie est très polluante et entraîne du gaspillage. Avec le niveau d’urgence actuel, il faut vraiment agir dès maintenant. C’était un événement historique, nous étions très fiers d’y participer.

Marcus Montréal, photo by Olivier blouin

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Marcus Montréal, photo by Olivier blouin

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Marcus Montréal, photo by Olivier blouin

Marcus Montréal, photo par Olivier blouin

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

Brasserie Henri, Photo par Boyer Media

 

Pour en découvrir davantage sur l’architecture et le design, cliquez ici.

Written on: August 23, 2020